Une pédagogie fondée sur l’empathie

Se sentir bien en classe permet d’apprendre mieux. C’est l’objectif d’enseignants qui ont mis en place une méthode pour canaliser la violence et les émotions.

Pour commencer en beauté cette rentrée, Place des Ecoles vous emmène à Trappes, dans les Yvelines, au sein d’une école primaire. A première vue, c’est une classe tout ce qu’il y a de plus normal. Sauf qu’ici, quand on aide son voisin, on ne vous dit rien ! Bien au contraire. La bienveillance et l’empathie sont au programme, et c’est peut être aussi important que le reste. Si ce n’est davantage encore !

Dans le même esprit, ce sont les élèves qui corrigent eux-mêmes la dictée. Évidemment, la maîtresse n’est jamais loin. Elle observe et reprend si nécessaire.

Autre spécificité de cette classe : à tout moment, les élèves peuvent se lever et venir exprimer leurs émotions sur un panneau. Cette façon de pouvoir exprimer publiquement son ressenti fait beaucoup de bien aux enfants, et remporte d’ailleurs un succès fou.

Ici, pour régler un conflit : pas de coups de pieds. D’abord on s’explique, on se pardonne ensuite et on se quitte en bons amis.

Depuis trois ans que cette méthode est testée, les élèves sont beaucoup plus calmes, solidaires et concentrés. Un reportage de France Télévisions à découvrir ici

A noter, au Danemark, les cours d’empathie sont obligatoires pour les enfants de 6 à 16 ans. C’est le seul pays où existe une telle situation. Et c’est bien dommage ! Pour qu’un enfant ait toutes les chances de s’épanouir, l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et des mathématiques est un point essentiel. Mais ça ne suffit pas. D’ailleurs, les Danois se disent extrêmement heureux.

 

 

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.